D’où vient votre peur de conduire et comment la dépasser ?

D’où vient votre peur de conduire et comment la dépasser ?

25 août 2020 0 Par seo

Lorsque vous étiez enfant, vous avez rêvé sans doute du jour où vous pourriez sauter dans le siège du conducteur de votre première voiture. Mais si vous avez développé une peur de conduire en grandissant, s’asseoir au volant est maintenant un cauchemar.

Vous paniquez maintenant lorsque vous freinez. Vous avez l’impression de voler même lorsque vous roulez en dessous de la limite de vitesse. Vous pouvez même marmonner à vous-même, “presque là, presque là” à chaque virage. Lorsque vous arrivez à destination, vous vous dites qu’il vaut mieux prendre le bus.

La peur de conduire est paralysante. Il faut faire des efforts pour la surmonter, et vous ne pouvez pas vous en défaire comme certains le font croire. Néanmoins, c’est une peur que vous pouvez vaincre pour de bon avec la bonne approche.

L’anxiété au volant

La peur de conduire, ou l’anxiété au volant et même la “vehophobie” dans les milieux psychologiques, est une forme d’anxiété comme une autre en ce sens qu’elle n’a pas de cause unique. Tout comme la peur des hauteurs provient de facteurs qui semblent se superposer (excusez le jeu de mots), la peur de conduire peut provenir de n’importe où et de n’importe où.

Pour une personne, un accident évité de justesse pendant qu’elle apprend à conduire peut l’avoir déclenchée. Pour une autre, cela peut venir du fait qu’elle a une personnalité de type A.

Faibles compétences de conduite

Tous ceux qui ont leur permis de conduire ne possèdent pas de bonnes compétences, d’où la question de savoir où ils ont obtenu leur permis. De faibles compétences de conduite peuvent rendre une tâche de base difficile, désorientant et dangereuse à accomplir.

Par exemple, si un conducteur essaie de changer de voie sur une autoroute très fréquentée et n’a pas appris à vérifier suffisamment bien son angle mort, il peut facilement heurter (c’est dire à la légère) ou faire déraper un véhicule qu’il n’avait pas vu auparavant.

C’est pire si quelqu’un a dit au conducteur qu’il n’est pas doué pour vérifier son angle mort. La conscience de cette faiblesse et de ses conséquences pourrait les rendre nerveux à chaque fois qu’ils doivent changer de voie.

Les mauvaises compétences de conduite peuvent être dues à un manque de pratique, à un mauvais enseignement de la conduite, voire à des difficultés d’apprentissage ou à des déficits cognitifs.

Mauvaises expériences vécus

La cause la plus probable de l’anxiété au volant est un événement que le conducteur a vécu, une expérience qu’il ne peut pas oublier. La liste des événements plausibles est infinie : un accident de voiture majeur dans l’enfance, le fait d’avoir vu un piéton se faire heurter par une voiture, de heurter un piéton et bien d’autres choses encore.

Pour les plus sensibles, regarder un film ou une émission de télévision qui dépeint des scènes violentes d’accidents de voiture et leurs effets peut amener quelqu’un à remettre en question sa sécurité au volant.

Des conditions de conduite stressantes

Enfin, il y a la crainte de conduire qui ne se manifeste que dans des scénarios précis. Les conducteurs souffrant de ce type d’anxiété peuvent avoir n’importe lequel des problèmes mentionnés ci-dessus, probablement sous une forme légère, où ils conduisent parfaitement bien tant qu’ils ne sont pas confrontés à un danger spécifique (ou ce qui en a l’air).

Par exemple, vous pourriez avoir une personne qui conduit très bien normalement, mais qui panique lorsqu’il pleut ou lorsqu’il fait nuit ou lorsqu’elle doit prendre une autoroute. De nombreux conducteurs entrent dans cette catégorie, et sont probablement ceux qui peuvent le plus facilement gérer et surmonter leurs craintes.

En fin de compte, la peur de conduire n’est pas le fruit du hasard – vous devez découvrir ce qui alimente votre anxiété si vous voulez l’écraser pour de bon. Le plus grand défi de votre voyage pour écraser l’anxiété au volant est de comprendre d’où elle vient. Une fois que vous connaissez, ou du moins que vous avez une idée des racines de votre anxiété, vous aurez une chance de l’éliminer pour de bon.

Identifier la cause et les déclencheurs de votre anxiété

La prochaine tâche vous semblera beaucoup de travail, mais elle est néanmoins importante : essayez de visualiser toutes les fois où vous avez conduit, et ce qui vous a spécifiquement rendu anxieux. Il peut s’agir d’un lieu, d’un scénario ou même d’une personne (vous ne voudrez peut-être pas le leur dire). Si vous avez besoin d’aide pour démarrer vos pensées, consultez la liste ci-dessous, tirée de ce manuel sur l’anxiété :

Les déclencheurs de l’anxiété au volant

Vous pourriez remarquer quelques scénarios ou conditions dans ce tableau qui vous causent un malaise sur la route. Si c’est le cas, “cochez” les cases correspondantes. Pour certains d’entre vous, plus d’un de ces éléments déclencheurs peut vous affecter.

Ces schémas, une fois que vous aurez commencé à les remarquer, vous donneront des indications sur ce que vous devez faire et vous permettront de vous détendre au volant.

 

Combattez votre peur de conduire avec ces techniques

Un cours de conduite peut vous aider à réduire considérablement votre peur de conduire.

Voici maintenant le conseil que vous cherchiez : des conseils pratiques pour mettre fin à votre peur de conduire. Tout comme l’anxiété au volant n’a pas de cause unique, elle n’a pas de “remède” unique.

Il existe de nombreuses façons de s’y attaquer, et certaines seront plus efficaces pour d’autres. Il est également très possible qu’une combinaison de techniques soit nécessaire pour surmonter la peur de conduire.

Pratique en privé

Pour certains d’entre vous, la crainte de conduire fait monter la tension lorsque vous avez de la compagnie. Vous avez probablement eu un conjoint, un enfant ou même un ami, qui vous dit tout ce que vous devez ou ne devez pas faire au volant (si seulement vous aviez un bouton d’éjection !).

Ces personnes peuvent diminuer votre confiance en vous, alors une chose que vous pouvez faire est de vous entraîner à la conduite en privé. Mais prenez cela avec un grain de sel, car certaines compétences nécessiteront l’aide d’un professionnel.

Mais vous pouvez vous exercer à des techniques telles que le stationnement en marche arrière, le stationnement parallèle ou les virages en douceur, sans trop de risques pour vous ou pour les autres.

S’inscrire dans une auto-école/ suivre des cours particuliers

En entendant le conseil “inscrivez-vous dans une auto-école”, vous pourriez dire “j’ai été là, j’ai fait ça ! Mais ça ne fait pas de mal de faire une deuxième tentative.

Votre premier tour dans un cours de conduite aurait très bien pu négliger une compétence particulière, peut-être, celle avec laquelle vous luttez maintenant. Peut-être que vous n’avez pas eu assez de “répétitions” la première fois, de sorte qu’elle ne s’est jamais développée.

C’est là qu’un cours de recyclage s’avère utile. Un deuxième passage dans une auto-école vous aidera à renforcer les compétences qui nécessitent un certain travail, et vous pourrez les mettre en pratique avec un expert qui (espérons-le) ne vous intimidera pas ou ne vous irritera pas.

Obtenir (ou continuer à obtenir) une aide professionnelle

Les troubles mentaux, comme nous l’avons déjà mentionné, peuvent parfois entraîner une peur de conduire (entre autres). Demandez une aide professionnelle ou continuez à suivre un plan de traitement si vous en avez un. Si vous avez reçu un diagnostic, n’oubliez pas que la seule façon d’éliminer cette anxiété au volant est de l’attaquer à la racine, c’est-à-dire à la condition elle-même.

En effet, le simulateur de conduite permettra plus efficacement aux futurs conducteurs d’apprendre à conduire sans mettre en danger des vies ni nuire au véhicule. Apprendre à conduire est le meilleur choix, car les situations dangereuses visibles sur la route seront reproduites lors de la simulation. Le jeune homme apprend alors à conduire avec confiance.

Confiance dans la technologie

Pour ceux d’entre vous qui sont un peu nerveux au volant, les bons gadgets peuvent vous aider à garder votre calme. Vous les connaissez tous : assistance au stationnement, caméras de recul, avertissements de sortie de voie – tous ces dispositifs de sécurité peuvent venir à votre secours pour vous soulager.

 

Si vous envisagez d’acheter un nouveau véhicule, veillez à garder un œil sur ces dispositifs. Vous pouvez également examiner les versions supplémentaires des dispositifs de sécurité automobile si vous prévoyez de conserver votre véhicule actuel, qui n’est peut-être pas équipé de ces dispositifs (s’il s’agit d’un modèle plus ancien).