Des conseils pratiques pour le rachat de voiture accidentée

Des conseils pratiques pour le rachat de voiture accidentée

14 mai 2019 0 Par Paula

Après un accident, les voitures sont souvent difficiles à relever. La réparation est compliquée, voire même impossible dans certains cas. En plus, elle peut coûter assez cher, ce qui fait que les propriétaires vont décider de procéder plutôt à une revente de la voiture. Contrairement à ce que l’on pense, c’est tout à fait possible et la procédure est relativement simple. Dans les quelques lignes suivantes, nous vous proposons les différentes étapes du rachat d’une voiture accidentée.

Les conditions du rachat d’une voiture accidentée

Il faut noter que la vente du véhicule pour pièces est interdite par la loi et que le rachat voiture accidentée n’est possible qu’à condition que le propriétaire ait obtenu l’autorisation de vendre le véhicule accidenté. Dans ce cas, il sera nécessaire de faire une expertise automobile après accident. Deux hypothèses peuvent se produire après l’expertise. Au premier abord, la voiture peut être déclarée dangereuse. Le propriétaire est alors appelé à faire des réparations avant de procéder à la vente de sa voiture. Dans la mesure où ce dernier ne fait pas la réparation nécessaire, la vente ne pourra pas se faire. D’un autre côté, si la voiture est déclarée hors d’état de nuire, le propriétaire peut obtenir l’autorisation de vendre son véhicule accidenté. Dans ce cas, la voiture accidentée devra passer un contrôle technique. C’est une manière d’appuyer l’autorisation qui déclare la voiture apte à être employée. Une fois que les conditions sont bien remplies, la suite de la procédure peut continuer sans problème.

Le choix du preneur du rachat de voiture accidentée

La vente d’une voiture accidentée ne se fait pas à la légère. Tout comme avec la vente classique d’une voiture d’occasion, on ne vend pas sa voiture à n’importe qui. Ainsi, il faut choisir minutieusement à qui va-t-on vendre son véhicule. Tout ceci, c’est principalement pour sécuriser la transaction, au niveau juridique, mais également au niveau financier. Pour le rachat voiture accidentée, vous avez plusieurs options au choix.D’abord, la vente peut se passer entre particuliers et comme la loi l’exige, le propriétaire se doit de tenir le nouvel acquéreur au courant de la situation de la voiture. On évite ainsi les vices cachés qui pourront susciter des plaintes plus tard. Ensuite, le propriétaire peut s’adresser immédiatement à sa compagnie d’assurance. Au lieu de rembourser les frais de réparation de la voiture accidentée, qui coûtent bien plus cher que la valeur de la voiture elle-même, une compagnie d’assurance peut se proposer automatiquement à acheter le véhicule. Et enfin, il y a l’option de la vente à un professionnel. Dans cette situation, les contrôles techniques ne sont pas obligatoires mais il faudra recourir dans ce cas à un professionnel agréé pour ne pas engager la responsabilité du propriétaire. Cette dernière option est ouverte généralement pour les voitures qui ne sont plus en état de marche. Cette dernière option est la plus bénéfique étant donné que les risques d’arnaque sont écartés et les démarches simplifiées.

Les démarches à effectuer pour le rachat voiture accidentée

Il n’y a pas de grande formalité à effectuer lorsqu’il s’agit d’un rachat voiture accidentée. En effet, les conditions de réalisation sur la formalité sont les mêmes que lors de l’achat d’une voiture neuve ou d’occasion. La différence réside dans le fait que le propriétaire doit préciser dans une déclaration de cession que la voiture à vendre a subi un accident. Le propriétaire doit également être en possession du rapport d’expertise ou des factures des réparations effectuées. Par la suite, la procédure se poursuit à l’image des démarches de ventes habituelles.